L’anxiété : dans quelle mesure est-elle acceptable ?

Il n’y a pas peu de gens qui déclarent se sentir anxieux à l’idée d’un entretien d’embauche, d’un nouveau service ou même d’une rencontre avec une personne spéciale ou d’un voyage. Un médecin spécialiste de la psychothérapie holistique, commente qu’il est absolument normal d’être anxieux dans certaines situations. La peur, l’attente et le doute sont des sentiments qui déclenchent l’anxiété. Elle survient à quelques moments ou même quelques jours avant des événements importants. On peut être anxieux en attendant le résultat d’un test, d’un bilan de santé, avant une rencontre amoureuse ou professionnelle, en faisant la queue sur les montagnes russes, en attendant le début d’un concert de son groupe préféré, en marchant dans une rue sombre et bien d’autres faits de la vie qu’il juge importants ou menaçants. En d’autres termes, l’anxiété peut être présente devant des faits qui favorisent l’excitation. Mais comme le souligne le médecin spécialiste, il existe d’autres types d’anxiété qui finissent par compromettre la vie de l’individu, rendant impossible une vie sociale et familiale saine, et faisant de sa vie un marathon de hauts et de bas émotionnels, qui provoquent une souffrance constante. Selon une psychologue clinicienne, les troubles anxieux touchent environ 25 personnes dans la population, avec une incidence plus élevée chez les femmes. 

Symptômes que ressentent presque toutes les personnes anxieuses

La psychologue clinicienne renforce le fait qu’il est normal de ressentir de l’anxiété ou de la peur devant une situation stressante. Cependant, l’anxiété devient pathologique lorsqu’elle apporte certains symptômes typiques, émotionnels et physiques, causant des dommages dans différents domaines de la vie. Parmi les symptômes les plus fréquemment rencontrés dans les troubles anxieux, les professionnels soulignent :

– les principaux symptômes émotionnels : préoccupation excessive, nervosité, l’insécurité, irritabilité, manque de concentration, l’insomnie, peurs, le bouleversement et l’isolement.

– les principaux symptômes physiques : vertiges, tachycardie, sudoral, manque d’air, tremblement, tension musculaire, maux de tête, douleurs corporelles, les gaz , crampes intestinales.

12 choses que seules les personnes anxieuses comprennent

Êtes-vous constamment tendu et inquiet à propos de quelque chose ?

Votre anxiété, vous a-t-elle déjà empêché de faire quelque chose dont vous étiez responsable ? Comme, par exemple, présenter un emploi à l’école ou à l’université ?

Êtes-vous constamment tourmenté par des peurs que la plupart des gens vous expliquent être irrationnelles ?

Pensez-vous que quelque chose de mal va se passer si certaines choses ne sont pas faites d’une certaine manière ?

Évitez-vous certaines situations ou activités quotidiennes parce qu’elles vous angoissent ?

Avez-vous le sentiment que des situations dangereuses et catastrophiques sont à chaque coin de rue et/ou peuvent se produire à tout moment ?

Avez-vous souvent du mal à vous endormir parce que vous vous retrouvez à penser à tout ce que vous devez faire le lendemain ?

Vous avez du mal à vous concentrer sur une seule activité ?

Vous précipitez-vous dans les situations ? Par exemple, lorsque vous avez une conversation sérieuse avec quelqu’un, pensez-vous à ce qu’il va dire et à ce qu’il va probablement répondre ?

Si vous avez répondu “oui” à plusieurs de ces questions, vous souffrez peut-être d’un trouble anxieux. Mais, bien sûr, ce n’est pas une cause de désespoir, après tout, seul un professionnel sera en mesure d’évaluer votre cas et si nécessaire, d’indiquer le meilleur traitement.

Les types d’anxiété et leurs différences

Ci-dessous, vous en saurez un peu plus sur les différents types/cadres d’anxiété :

– Trouble d’anxiété généralisée (TAG)

Il est expliqué que la patiente ne peut pas garder le contrôle de son humeur, qu’elle est constamment inquiète et appréhendée et commence à présenter des symptômes tels que des difficultés de concentration, de la fatigue, des tensions musculaires, de l’irritabilité, un sommeil agité et des coupures. D’autres symptômes peuvent inclure l’essoufflement, la nausée, l’oppression thoracique, les troubles intestinaux, les maux de tête, la transpiration excessive, l’altération de la pression sanguine et la tachycardie. C’est ce qu’on appelle le trouble d’anxiété généralisée, qui touche des personnes de tous âges, y compris les enfants.

Il est naturel d’avoir des doutes dans certaines situations de la vie sur l’accomplissement de certaines tâches, tout comme il est normal d’être inquiet lorsque l’on perd son emploi. Il arrive que nous perdions le sommeil parce que nous appréhendons d’attendre qu’un enfant arrive de la ballade ou parce que nous devons nous réveiller tôt et que nous avons peur de manquer le temps. Il existe d’innombrables événements quotidiens qui peuvent déclencher l’anxiété, mais ils cessent lorsque le problème est résolu. Mais quand l’inquiétude est disproportionnée par rapport à l’événement, quand on commence à fantasmer sur des catastrophes, des accidents ou des situations irréversibles et que ces sentiments durent plus de six mois sans cesse, on peut dire que le TAG est installé et qu’il est temps de demander une aide professionnelle.

Il est essentiel qu’une évaluation clinique soit faite, car certains symptômes ne suffisent pas nécessairement à indiquer un trouble anxieux. Mais quelles sont les conditions de ce type de troubles ? Outre les troubles physiques/hormonaux tels que l’apparition de la ménopause, les problèmes de thyroïde ou les problèmes cardiaques, des problèmes psychologiques traumatiques peuvent déclencher le TAG. Avoir été témoin ou même victime d’événements violents ou être dépendant de substances telles que l’alcool, les cigarettes et les drogues en général peut conduire l’individu à développer la maladie. Il n’est pas rare que le TAG soit présent en même temps que d’autres problèmes tels que les phobies, la panique, la dépression, le stress post-traumatique, le trouble obsessionnel compulsif, le trouble d’anxiété sociale ou la phobie sociale, et bien d’autres encore. Elle peut se résumer à une préoccupation dominante pour les situations sociales quotidiennes, lorsque la personne a le sentiment qu’elle peut être observée/analysée par les autres. Ils se sentent alors en insécurité, inquiets de ce qu’ils pourraient penser d’eux.

5 activités qui améliorent la qualité de la vie

On peut parler de la peur de parler en public qui caractérise une anxiété par rapport à sa propre performance. S’il est naturel pour chacun de se sentir un peu anxieux lorsqu’il doit donner une explication ou une conférence, chez les phobiens sociaux, cela se produit avec une intensité incontrôlable, générant de la souffrance. La peur d’être jugé est très paralysante et, par conséquent, incapacitante. De même, une timidité excessive, qui fait que la personne se retire, ne veut pas participer à des activités sociales communes, n’a pas d’amis et n’a pas de relations affectives. Ce sont des cas qui nécessitent une enquête et un traitement, ainsi que d’autres types de phobies. 

L’agoraphobie peut se résumer à la peur de lieux remplis de gens. Le malade peut encore ressentir la peur de marcher dans les rues, la difficulté de quitter la maison seule, d’aller à certains endroits comme les marchés ou les films, parce qu’elle ressent inexplicablement le besoin d’avoir quelqu’un à ses côtés pour lui donner de la sécurité. Parmi les craintes les plus courantes, citons : être loin de chez soi ou des personnes qui assurent la sécurité ; conduire une voiture, un bus ou un avion seul ; les situations dans lesquelles la sortie est difficile comme les embouteillages, les stades et les ascenseurs. Ce sont celles liées à des peurs intenses d’un objet ou d’une situation spécifique, comme les serpents, les insectes, la hauteur, l’avion, le tonnerre, etc. Le détail est que le niveau de cette peur est généralement insuffisant et peut conduire le malade à éviter les situations quotidiennes, ce qui interfère avec sa qualité de vie.

Il est souligné que les causes des phobies peuvent être liées à des événements traumatisants, mais qu’il n’y a pas toujours de cause apparente. Qu’est-ce qui vous fait penser qu’il peut y avoir des facteurs génétiques qui conduisent à une peur intense et persistante sans raison rationnelle. Il s’agit d’un type de trouble anxieux dans lequel surviennent des crises de désespoir inattendues et une peur intense de ce qui pourrait arriver de mal même s’il n’y a pas de motif/signe de danger. Elle peut s’accompagner, par exemple, d’agoraphobie, c’est-à-dire la peur de se trouver dans des endroits où il serait difficile d’obtenir de l’aide en cas de crise de panique.

Trouble obsessionnel compulsif

Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) se caractérise par la croyance que si l’on n’accomplit pas quelque chose d’une certaine manière, quelque chose de terrible peut arriver. Et, tant que le rituel de contrôle, vérifier plusieurs fois si la porte est fermée, par exemple, d’hygiène comme se laver les mains chaque fois que l’on touche quelque chose, de symétrie tel que veiller à la position exacte de certains objets n’est pas accompli, l’état d’anxiété ne s’arrête pas. Bien que le perfectionnisme soit souvent confondu avec le TOC, il est associé à un trouble névrotique et non à un trouble anxieux. Le perfectionniste ne tolère pas les erreurs, ni les siennes (perfectionnisme introspectif) ni celles des autres (perfectionnisme extrospectif). Il fait et refait un travail parce qu’il recherche la perfection, différent du porteur de TOC qui régit son comportement en fonction d’une croyance.

Syndrome de stress post-traumatique

Elle se caractérise par une série de symptômes qui apparaissent après des jours, des mois ou même des années après l’expérience d’un événement violent ou de tout épisode ayant mis en danger la vie de la victime ou d’une autre patiente, comme dans une catastrophe naturelle. Les flashbacks de la situation, les cauchemars et les souvenirs peuvent être si intenses que la personne revit la situation comme si elle revivait tout à ce moment-là, ce qui provoque tous les symptômes physiques et émotionnels tels que la tachycardie, la transpiration et les vertiges. Avec le temps, la patiente peut vouloir éviter les situations sociales qui peuvent raviver le traumatisme. L’insécurité génère également de l’anxiété. Ne pas savoir exactement quoi faire dans la plupart des circonstances, dépendre excessivement de l’opinion des autres pour prendre une décision, douter constamment de sa propre capacité à résoudre les problèmes, avoir peur de décevoir les gens, avoir peur d’être déçu, sont certains des facteurs qui favorisent l’isolement de la personne. Souvent, comme mécanisme de défense contre l’insécurité, on peut développer un comportement contrôlant ou agressif. Le malade en situation d’insécurité excessive a des doutes quant à savoir si elle fait la bonne chose ou non, et comme elle n’obtient jamais de réponse satisfaisante, elle finit par se paralyser ou par agir de manière impulsive juste pour se débarrasser de l’angoisse générée par l’anxiété.

Comment l’anxiété est-elle diagnostiquée ?

Il est rappellé qu’un trouble de l’anxiété est diagnostiqué par un psychiatre et fait l’objet d’un examen clinique. Aucun test de laboratoire ne permet de diagnostiquer le problème. Il est important de se rappeler que tout le monde connaît des épisodes normaux et sains de peur, d’anxiété et d’appréhension. Et nous sommes tous sujets à avoir une mauvaise nuit de sommeil encore et encore. Le fait de ressentir de la peur nous pousse à nous protéger des dangers quotidiens, l’anxiété face à certains faits est naturelle, car il est normal d’être nerveux avant ou pendant un entretien, et que tous ces sentiments peuvent déclencher des symptômes physiques tels que des vertiges ou des maux de tête. Il faut plusieurs symptômes associés et un temps considérable pour commencer à suspecter une sorte de trouble de l’anxiété. Consulter un professionnel est fondamental pour établir un diagnostic précis et définir un traitement adéquat qui permettra à l’individu de retrouver une vie productive et émotionnellement saine.

Traitements des troubles de l’anxiété

Chaque cas est unique et doit être évalué par un professionnel qualifié. Les bons traitements, avec la thérapie cognitivo-comportementale et souvent avec des médicaments, peuvent aider le malade à rester en rémission des symptômes. La thérapie cognitivo-comportementale vise essentiellement à proposer des changements dans le comportement du malade par une restructuration cognitive, c’est-à-dire une modification des croyances, des façons d’interpréter les situations négatives par d’autres personnes plus basées sur la réalité. Idéalement, lorsqu’elle constate la présence fréquente de symptômes associés à l’anxiété, la patiente doit chercher un professionnel qui lui indiquera le meilleur traitement (médical ou non).

7 mesures pour réduire l’anxiété

Pour prévenir les crises d’angoisse, il est important de rechercher un équilibre de plusieurs façons :

– faites de l’activité physique,

– ayez une bonne alimentation,

– essayez d’acquérir des passe-temps,

– vivez avec votre famille et vos amis,

– essayez de faire des choses agréables pendant votre temps libre,

– relaxez.

– travaillez avec les pensées.

Questions et réponses sur l’anxiété

Consultez la clarification pour connaître les principaux doutes liés au trouble anxieux :

1. L’anxiété, peut-elle conduire à la dépression ?

Pas nécessairement. Mais la dépression peut être associée à un certain trouble de l’anxiété. Il existe, en effet, des symptômes similaires dans la dépression et l’anxiété, tels que les peurs, les difficultés de concentration, l’insécurité, l’irritabilité, entre autres. Cependant, ce sont des images différentes. Ce qu’il est important de souligner, c’est que les deux sont des maladies et doivent être diagnostiquées et traitées correctement, chacune à sa manière, par des professionnels spécialisés.

2. Que dois-je faire pendant une crise d’angoisse ?

Face à une crise d’anxiété, il est important de ne pas nier ce que l’on ressent. Il est de la plus haute importance de respirer profondément et de laisser l’air s’échapper lentement, et d’avoir des pensées comme “je vais me calmer et trouver une solution au problème”. L’apport de pensées plus fonctionnelles atténue l’anxiété. Les techniques de relaxation et de méditation peuvent également être adoptées, mais il est bon de rappeler qu’il faut de la constance et de l’entraînement.

3. Que ne pas dire à une personne qui est anxieuse ?

Le psychologue clinicien explique qu’il est très mauvais de dire à la patiente qu’elle ne ressent rien ou que c’est de la “fricote”. Les symptômes vont s’aggraver.

4. Est-il vrai que certains antidépresseurs provoquent une dépendance ?

Ce n’est pas vrai. Bien entendu, ce type de médicament ne doit être pris que s’il y a une indication médicale et en suivant toujours les instructions du professionnel, c’est-à-dire en suivant correctement le traitement.

5. Comment aider un homme qui présente des signes d’anxiété ?

Il faut d’abord l’écouter et être un continent. Une autre étape consisterait à lui demander de respirer l’air et de le laisser sortir lentement par sa bouche à plusieurs reprises et de faire attention au chemin que prend l’air. C’est la respiration diaphragmatique. Avec l’entraînement, il est possible d’atteindre un équilibre physique et mental. Une autre étape importante consiste à l’aider à apporter des pensées plus fonctionnelles et plus réalistes, car lorsque l’anxiété est intense, les pensées sont souvent catastrophiques”.

6. Puis-je suivre un traitement contre l’anxiété même si je suis enceinte ?

Oui, la thérapie cognitivo-comportementale est très efficace pour les troubles anxieux.

7. Les enfants, peuvent-ils aussi en souffrir ?

Oui, ils peuvent bénéficier de la thérapie cognitivo-comportementale.

8. Quels sont les avantages et les inconvénients des médicaments antidépresseur ?

Lorsqu’il y a un diagnostic de trouble mental et que vous devez prendre des médicaments, il est fréquent que dans certains cas, les effets secondaires apparaissent au début, mais après quelques jours, la tendance est que ces effets secondaires disparaissent et que les symptômes sont guéris. Il est souvent demandé aux patients, pourquoi est-il plus facile, quand on a un diagnostic d’hypothyroïdie, par exemple, d’accepter de prendre des médicaments tous les jours ? Pourquoi ne pas accepter ce fait alors qu’il s’agit d’un trouble mental ?

Vous le savez maintenant, il est extrêmement normal de ressentir une certaine anxiété, et même une certaine peur devant certaines situations. Le problème survient lorsque la personne passe la journée pleine de soucis et de tensions exagérées, même si rien ou presque n’en est la cause. Lorsque vous anticipez des catastrophes et des problèmes. Ces symptômes, parmi d’autres, peuvent indiquer un trouble de l’anxiété, qui doit être diagnostiqué et traité par des professionnels qualifiés. Les informations contenues sur cette page sont uniquement à titre d’information. Il n’est pas destiné à remplacer les conseils et le soutien des médecins, des nutritionnistes, des psychologues, des professionnels de l’éducation physique ou d’autres spécialistes.