Les bienfaits du régime sans résidu en cas de maladie de Crohn

L’intestin humain abrite environ 100 trillions de micro-organismes provenant de plus de 1000 espèces différentes.

Sans ces innombrables sous-locataires, l’homme serait capable de digérer moins bien, voire pas du tout, de nombreux composants alimentaires.

C’est pourquoi la flore intestinale peut même influencer le succès des régimes.

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin sont généralement traitées par des médicaments qui ont un effet anti-inflammatoire ou qui réduisent la réponse immunitaire.

Des cultures de bactéries intestinales peuvent également être utilisées dans certains cas.

Dans la colite ulcéreuse, par exemple, le probiotique Escherichia coli Nissle est recommandé pour prévenir les nouveaux épisodes de la maladie si le médicament mésalazine n’est pas toléré.

En revanche, les experts ne s’accordent pas sur l’utilité des cultures bactériennes dans la phase inflammatoire active de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse.

Bienfaits du régime sans résidu en cas de maladie de Crohn

En cas de maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse, adopter une alimentation adaptée a de nombreux bienfaits. Cela permet de :

  • Diminuer les symptômes
  • Promouvoir un état nutritionnel optimal
  • Maintenir un poids santé
  • Limiter l’aggravation de l’inflammation du système digestif
  • Faciliter le travail de digestion.

Alimentation fractionnée

En phase aiguë, il est recommandé de prendre de petits repas bien répartis sur la journée dans le but de faciliter la digestion et de ne pas trop stimuler les mouvements intestinaux.

Trois petits repas et 2 à 3 collations représentent une bonne structure.

De plus, prenez votre plus gros repas le midi et non le soir, vous améliorerez ainsi votre tolérance.

Probiotiques

Selon les résultats de quelques études scientifiques, les probiotiques contenant des bifidobactéries, des lactobacilles et des streptocoques semblent prometteuses pour prévenir la récurrence de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse.

De plus, les Saccharomyces boulardii semblent efficaces pour réduire la prévalence des diarrhées chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn.

Toutefois, consultez un médecin ou un diététicien avant de prendre des probiotiques.

Suppléments en vitamines et minéraux

Les personnes souffrant de maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse sont plus à risque de carences en certains nutriments.

En effet, les pertes en nutriments sont accrues en raison des épisodes de diarrhées et de saignements.

Les troubles de malabsorption, les résections intestinales et la perte d’appétit aggravent encore ce phénomène et peuvent conduire à des carences alimentaires qu’il faut prendre très au sérieux.

Un supplément de vitamines et minéraux peut parfois s’avérer nécessaire, demandez l’avis de votre médecin ou diététicien.

Hydratation

Pour avoir une hydratation optimale, on recommande de boire 2 litres d’eau par jour.

Etant donné que les MICI peuvent entraîner des problèmes d’absorption de l’eau, il faut à tout prix éviter la déshydratation.

Pour cela, il ne faut pas boire de grandes quantités d’eau d’un seul coup.

Au contraire, il faudrait boire de petits verres d’eau bien répartis entre les repas (au minimum 45 minutes après).

En effet, l’ingestion de grandes quantités d’eau pendant le repas peut entraîner des diarrhées.

Aliments interdits en cas de maladie de Crohn

Dans le cadre du régime alimentaire spécial maladie de Crohn certains aliments sont interdits, ou du moins fortement déconseillés jusqu’à régression des symptômes.

C’est le cas des sucres simples, des graisses, du lactose et du gluten qui peuvent potentiellement aggraver l’irritation de l’intestin et rendre la digestion encore plus difficile.

Les recommandations suivantes sont à adapter selon votre propre tolérance.

Sucres simples

Dans le cadre de l’alimentation spécifique à la maladie de Crohn, il peut être intéressant de réduire la consommation de sucres simples et d’édulcorants artificiels.

En effet, le tube digestif d’une personne atteinte de MICI les absorbe mal. Peuvent en résulter de nombreux inconforts digestifs tels que des diarrhées, flatulences ou douleurs intenses.

Les édulcorants artificiels sont utilisés dans de nombreux produits industriels dits “sans sucre”, “allégés en sucre” ou encore “0 %”.

Il faut donc être prudent et vérifier la liste des ingrédients avant de choisir un produit. Tous les produits contenant de l’aspartame, du sucralose, de l’acésulfamate, de la saccharine ou encore du cyclamate peuvent entraîner des douleurs importantes.

Les aliments riches en sucres simples à éviter dans le cadre du régime alimentaire sont :

  • Sucre blanc, roux, brun ou cassonade
  • Sirop d’érable, de glucose-fructose
  • Miel, confitures, gelées, pâtes à tartiner
  • Viennoiseries, pâtisseries, biscuits, gâteaux
  • Chocolat, caramel, confiseries
  • Céréales petit déjeuner, barres de céréales
  • Sauces du commerce : ketchup, barbecue, marinades
  • Boissons lactées aromatisées, sirops, jus de fruits
  • Yaourts aux fruits, crème glacée
  • Boissons de soja aromatisées
  • Compotes de fruits sucrées, fruits en conserve
  • Sodas, cocktail, apéritif à base de liqueur
  • Plats industriels, fast-food, plats préparés.

Lactose

Il semblerait que les personnes qui souffrent de MICI ont une moindre tolérance au lactose.

Si l’intolérance n’est pas avérée, il n’y a pas de raisons particulières de supprimer les produits laitiers car ils fournissent à l’organisme des nutriments essentiels tels que le calcium, la vitamine D ou encore de bonnes protéines.

En revanche, si la consommation de produits laitiers pose problème, il faudra la diminuer.

De petites quantités sont en général très bien tolérées, sans entraîner de symptômes.

Encore une fois, c’est votre tolérance individuelle qui importe vraiment.

Les principales sources de lactose à éviter dans la diète spéciale maladie de Crohn sont :

  • Lait de vache et de chèvre
  • Lait en poudre ou concentré
  • Boissons lactées
  • Beurre, crème, crème glacée, chantilly
  • Yaourts
  • Fromages frais
  • Potages à base de lait
  • Sauces à la crème.

Il faudra privilégier le lait sans lactose, les laits végétaux ou encore les fromages à pâte dure.

Il existe désormais de nombreux produits laitiers élaborés à partir de laits végétaux et enrichis en calcium et en vitamine D.

Enfin, il reste la possibilité de prendre de la lactase (enzyme qui digère le lactose) en supplément et avant les repas qui contiennent du lactose.

Lipides

Si la maladie de Crohn touche la partie inférieure du grêle (iléon) ou s’il y a eu une résection intestinale, il peut y avoir malabsorption des lipides avec diarrhées graisseuses.

Dans ce cas, il faut tenter de limiter les apports en gras totaux en évitant les aliments suivants :

  • Huiles, beurre, crème
  • Oléagineux
  • Margarines
  • Fromages
  • Charcuteries
  • Viandes rouges
  • Pâtisseries, viennoiseries, biscuits.

L’ajout de triglycérides à chaîne moyenne (huile TCM) peut être utile dans certains cas.

Ces lipides sont en effet beaucoup mieux absorbés par l’intestin.

Aliments irritants

Les aliments qui stimulent le péristaltisme sont à éviter durant la phase active. En voici quelques-uns :

  • Pruneaux
  • Café
  • Thé
  • Alcool
  • Epices
  • Graisses
  • Fibres alimentaires
  • Aliments glacés
  • Boissons gazeuses
  • Choux
  • Légumineuses.

Il ne semble pas y avoir de lien entre réduction du gluten et amélioration des symptômes chez tout le monde.

Par contre, chez certaines personnes, des études avancent qu’il y aurait une possible association génétique entre maladies inflammatoires chroniques de l’intestin et maladie cœliaque.

Une diète spéciale maladie de Crohn sans gluten pourrait être bénéfique dans certains cas, des tests d’éviction doivent cependant être effectués avant de soustraire totalement le gluten de l’alimentation.

Autres aliments déconseillés :

  • Produits industriels
  • Produits déjà préparés
  • Légumes fibreux
  • Tabac
  • Sédentarité.